C’est au nord du Brésil, dans un village de pêcheurs, paradis des kitesurfeurs et des amateurs de farniente, que Laurence a décidé d’entreprendre il y a deux ans. Son projet : un concept entre hôtel et maison d’hôtes. 

Bonjour Laurence, pour commencer, peux-tu nous présenter ton parcours ?

Bonjour Célia, je suis Laurence, née à Cannes il y a 41 ans. J’ai travaillé pendant 13 ans comme responsable administrative et commerciale pour une créatrice de parfums. Ma fonction de responsable commerciale m’a permis de voyager en Europe, en Asie et au Moyen Orient. C’était une entreprise familiale où j’ai pu beaucoup apprendre, évoluer mais inversement, mon poste ne me permettait plus d’évoluer comme je le voulais et je commençais à m’ennuyer.

 

Pourquoi avoir choisi d’entreprendre ?

J’étais très investie dans mon travail, je n’ai jamais compté mes heures et je me suis toujours dit qu’un jour je mettrais cela à profit pour moi et non pour quelqu’un d’autre.

 

Pourquoi le Brésil, et plus particulièrement Pontal do Maceio ?

Quand j’ai commencé à réfléchir à ce que je pourrais faire, j’ai vite vu qu’en France, je ne pourrais pas faire grand chose (à moins d’avoir une idée de génie que je n’ai pas eue). Mes différents voyages m’avaient déjà donné un petit aperçu mais rien ne me tentait vraiment. Et puis, au cours d’une semaine de vraies vacances, j’ai découvert le Brésil, et plus particulièrement le Nordeste, avec une moyenne annuelle de 28°, des plages désertes à perte de vue, un gros potentiel de développement. En rentrant, j’ai commencé mes recherches sur la région avec l’idée d’y acheter un terrain… L’opportunité s’est présentée à Pontal do Maceio.

 

 

Plage Pombal do Maceio

La plage de Pombal do Maceio

 

Peux-tu nous présenter en détail ton projet ?

Ayant déjà travaillé en hôtellerie, j’ai eu envie de monter une structure entre la maison d’hôtes et l’hôtel sur mon terrain. En effet une rapide étude de marché m’a montré que la région était en plein développement, avec un fort potentiel dû au climat et aux bonnes conditions pour la pratique du kitesurf plus de 6 mois de l’année. L’offre sur place est encore limitée, avec du personnel non qualifié et une maîtrise des langues étrangères quasi inexistante. Le projet était donc né.

 

Pourquoi avoir choisi l’hôtellerie et pas une autre activité ?

C’est une activité que je connais, une façon de rencontrer du monde, et puis tenir un hôtel sur la plage au Brésil, c’est un peu comme être en vacances toute l’année.

 

Quel a été ton plus gros challenge dans la mise en œuvre de ton projet ?

Mon plus gros challenge c’est moi-même. Je monte ce projet seule, je veux tout gérer, avec les avantages et les inconvénients que ça génère.

 

Comment as-tu trouvé le terrain ? Pourquoi ne pas avoir choisi un hôtel ou des chambres d’hôtes déjà construit(es) ?

Je voulais un terrain très proche de la mer, ce qui est encore possible dans certaines zones même si le littoral est de plus en plus protégé. Après en avoir sélectionné plusieurs, j’ai fait appel à une agence franco brésilienne à Fortaleza pour m’aider dans les démarches. Et mon terrain a été un véritable coup de cœur, 20 mètres d’une plage déserte et encore sauvage. J’ai en effet aussi regardé des choses déjà construites, mais soit il y avait trop de travaux, soit cela ne me plaisait pas, soit l’emplacement ne correspondait pas à ce que je cherchais…bref il y avait toujours quelque chose qui me gênait et je me suis dit que partir de 0 serait la meilleure façon de monter le projet comme je le voulais.

 

Peux-tu nous donner une fourchette de prix pour un terrain à Pontal do Maceio et aux alentours ? Et une idée des coûts de construction ?

Quand j’ai acheté mon terrain il y a 2 ans, il fallait compter environ 30 euros du m², pieds dans l’eau pour ainsi dire. Aujourd’hui, on peut facilement dire que la valeur a augmenté de 20%, grâce à la duplication du principal axe routier qui dessert la côte du littoral Est de Fortaleza. Pour la construction, cela dépend mais il faut compter 500 et 800 euros du m², voire plus, tout dépend du type de construction.

 

Cela revient-il moins cher de faire construire plutôt que d’acheter un bien fini ?

Disons que si l’on trouve un bien construit qui nous convient et qui ne nécessite aucun ou peu de travaux, mieux vaut acheter construit, cela évite le casse tête permis de construire, choix d’un entrepreneur sérieux, suivi des travaux, etc.

 

 Eglise Pombal do Maceio

L’église sur la place du village de Pontal do Maceio

 

Comment finances-tu ce projet ? 

Je finance mon projet avec mes économies, aucun crédit, autant dire que mon budget est serré et que je dois tout détailler et vérifier.

 

Que conseillerais-tu à une personne qui n’a pas les moyens de financer son projet au Brésil en fonds propres ?

D’investir dans un autre pays. En effet très peu de banques prêtent pour des investissements à l’étranger et les banques brésiliennes ont des taux exorbitants. De plus, le coût de la vie a beaucoup augmenté ces dernières années.

 

Quelles sont les formalités administratives pour investir au Brésil et faire construire ? Y a-t-il un montant d’investissement minimum pour obtenir un visa permanent ?

Il existe au Brésil un visa investisseur, qui est un visa permanent à condition d’investir une certaine somme et d’embaucher 2 brésiliens (nnes) au moins. Quand j’ai acheté il y a 2 ans, le minimum à investir était de 150 000 réais (soit moins de 50 000 euros), aujourd’hui ce montant est passé à 500 000 réais (environ 130 000 euros).

 

Est-ce que tu t’es fait accompagner sur l’aspect administratif ? Selon toi, à qui un investisseur qui souhaite acheter un bien immobilier au Brésil devrait s’adresser en priorité pour être bien conseillé (avocat, agence immobilière, notaire, etc) ?

Oui, le côté administratif est très lourd au Brésil, et je déconseille de se lancer seul. J’ai fait appel à une agence qui regroupe tout un tas de spécialistes, agents immobiliers, comptables, notaires, avocats, car à un moment donné, on a besoin de chacun d’eux. Et surtout, le problème de la langue, donc avoir un interlocuteur qui parle notre langue est un avantage. Par contre il faut toujours être derrière eux, tout se fait très lentement au Brésil.

 

Peux-tu nous en dire plus sur l’immobilier et le développement économique dans la ville et la région où tu as investi ?

Comme je l’ai dit plus haut, la région est en plein développement touristique. La route principale a été doublée, l’aéroport de Fortaleza va subir des travaux d’agrandissement au cours des 3 prochaines années. Et de nombreux reportages télé ont aidé à faire découvrir cette région qui pour le moment reste préservée du tourisme de masse.

 

A quoi ressemble l’architecture à Pontal do Maceio et aux alentours ?

Beaucoup de constructions sont en bois, en eucalyptus, ce qui donne un côté exotique. Grâce au climat clément, les constructions sont relativement simples et ne nécessitent pas une isolation à outrance. La région étant ventée, on peut bénéficier d’une climatisation naturelle, il suffit juste de bien placer sa maison et ses ouvertures (des volets en bois à clayettes). De plus, il reste quelques vestiges de l’architecture coloniale, et le village d’à côté compte encore toute une rue préservée dans ce style.

 

 

Des maisons de style colonial à Aracati

Des maisons de style colonial à Aracati

 

Des lieux et des bonnes adresses à nous conseiller ?

Oui, chez moi quand cela sera construit 😉 Sinon il y a une jolie station balnéaire à une vingtaine de kilomètres (Canoa Quebrada) et à 500 km environ (ce qui est une courte distance pour le Brésil) le village de Jericoacoara qui commence à se faire connaître dans le monde entier et qui a été élu l’une des plus belles plages du monde, pour moi c’est mon coin préféré.

 

As-tu des conseils pour ceux qui voudraient tenter l’aventure ?

Je leur dirai de se lancer mais de bien se renseigner avant et surtout, surtout d’apprendre la patience. Beaucoup de français ont déjà sauté le pas et on est toujours très bien accueillis au Brésil.

 

 

Pour suivre les aventures et l’avancée du projet de Laurence, c’est ici :

Facebook 

Instagram 

Site internet Villa Isola Bella 

Suivez-nous ou partagez sur les réseaux sociaux